Actualités

Sous-Offs enfin réédité !

Ce 21 septembre 2009, les éditions La Part Commune rééditeront Sous-Offs, l’un des plus grands romans de Lucien Descaves, tout juste 120 ans après sa première publication !

Paru pour la première fois en 1889, ce roman antimilitariste conduisit le jeune Lucien Descaves en Cour d’Assises pour injures à l’armée et outrage aux bonnes mœurs (il fut cependant acquitté). Sous-Offs permit ainsi à Lucien Descaves d’acquérir une belle notoriété dans le monde littéraire, en révélant sa forte personnalité et son caractère indépendant.

Souhaitons à cette réédition tout le succès qu’elle mérite, car comme le souligne si justement l’éditeur, Lucien Descaves, par la généreuse virulence de sa plume, devrait trouver aujourd’hui un écho chez nos contemporains.

Qui plus est, les éditions La Part Commune projettent aussi de rééditer Les Emmurés, le très touchant roman de Descaves sur les aveugles, écrit en 1894.
Voilà de bien réjouissantes perspectives, qui permettront à tous de redécouvrir ce grand écrivain qu’était Lucien Descaves.

Pour pré-commander Sous-Offs, merci d’imprimer puis de renvoyer ce bon de commande, accompagné de votre règlement, aux éditions La Part Commune : 16, quai Duguay-Trouin - 35000 Rennes.
Les frais de port sont offerts.

Présentation par l’éditeur :

C’est Sous-Offs, paru en 1889, qui a fait connaître Lucien Descaves : un scandale a éclaté à la parution de ce roman franchement antimilitariste, qui a valu au jeune auteur et à son éditeur un procès retentissant pour injures contre l’armée. Descaves y dresse en effet le portrait satirique et sans concession de la vie d’une caserne à Dieppe. Une galerie de sous-officiers s’offre à nous, médiocres, souvent ridicules, donnant de l’univers militaire une image à la fois dérisoire et étriquée. Par son naturalisme – qui n’exclut pas une écriture artiste - ce roman nous plonge, grâce à l’évidente jubilation de son auteur, dans un certain pan de la société française de cette fin de 19ème siècle.
Proche de certaines idées qu’on qualifierait aujourd’hui de libertaires, Lucien Descaves, par la généreuse virulence de sa plume, devrait trouver aujourd’hui un écho chez nos contemporains.